Des cadeaux made in Nord-Pas-de-Calais

Elle n3598 12dec2014 500Le magazine Elle a sélectionné une céramique d'Un Hibou dans la Tasse pour sa shopping-list de Noël 2014, dans son n°3598 du 12 décembre 2014 (édition Lille et sa région).

Un bol graphique. Féminin et racé, il est réalisé à la main par la céramiste roubaisienne Nathalie Ribout (32€).

L'univers poétique de la céramiste Nathalie Ribout

Écrit par Sophie Helouard dans A Nous Lille.

Article A Nous Lille
Le magazine A Nous Lille a consacré un article aux céramiques de Nathalie Ribout dans son numéro 177 de début janvier 2013.

Entrer dans l’atelier de Nathalie Ribout, c’est mettre le pied dans un univers incroyablement poétique. Installée à Roubaix depuis août 2011, la céramiste s’est formée pendant trois ans au centre de Saint-Amand-en-Puisaye, dans la Nièvre, avant d’ouvrir un show-room et de vivre pleinement de sa passion. «J’ai commencé en auto-didacte en achetant un pain de terre et en mettant les mains dedans, confie la jeune femme. Rapidement, j’ai eu envie d’aller plus loin et j’ai pris des cours à la Madeleine, puis à Douai».

C’est au cours de la Biennale de Céramique de Steenwerck que Nathalie acquiert une certitude. «Je me suis dit: c’est ça que je veux faire!» Depuis un an et demi, la céramiste consacre presque l’essentiel de son temps dans son atelier à tourner des petits objets utilitaires ou décoratifs – théières, mugs, tasses – et à faire découvrir sa passion aux néophytes. «J’organise régulièrement des stages intensifs pour initier les gens à la céramique ou réaliser une pièce particulière autour d’un thème». L’artiste donne également des cours de tournage. Enfin, son atelier s’avance aussi en show-room où vous retrouverez ses créations aux émaux très délicats: motifs végétaux, petits poissons, carpe Koï…

La poterie au tournage, avec une céramiste roubaisienne

Écrit par Marie-Claude Guillement de La Voix du Nord.

Faire de la poterie ? Quelque chose qui m'attirait, rapport à la scène mythique de Demi Moore enveloppée de son fantôme de mari, façonnant une poterie au tour dans "Ghost". Quelle sensualité ! C'est donc le coeur léger que j'ai enfilé un tablier fourni par Nathalie Ribout, céramiste roubaisienne, spécialisée dans les pièces de service à thé, pour réaliser un bol… euh, un pot à crayons !

Dans la boutique, j'aperçois les créations de Nathalie Ribout, sur des étagères à claire-voie qui laissent entrevoir l'atelier où trônent deux tours et un four électriques. Aga, stagiaire, est affairée à réaliser des boules de 700 gr dans du grès blanc. Elle a revêtu vieux jean et vieux pull. "On s'en met partout", sourit-elle tandis que Nathalie m'avertit : "il y a plusieurs étapes à maîtriser avant de mettre en forme et de réaliser des pièces." J'apprends alors à modeler la terre "en bélier" pour éliminer les bulles d'air, la rendre plus meuble.

Puis je m'assieds sur le tabouret, les jambes de chaque côté du tour, le coude gauche coincé dans l'aine, le pied droit sur la pédale pour faire tourner la girelle (la plateforme du tour), le pied gauche sur une brique (pour le maintien du dos). Pas très sensuelle la posture ! Et je lance ma boule au centre de la girelle pour qu'elle y adhère bien. J'apprends à "former une quille", puis à la rabattre à l'aide des deux pouces. Je poursuis en la perçant toujours avec les deux pouces et j'élargis. "Pour un fond plat, il faut passer le pouce gauche tenu entre le pouce et l'index de la main droite" m'explique la céramiste… "Et toujours humidifier." J'ai de la barbotine sur les doigts, le jean, le chemisier ! Beurk. Bon, je réalise "la prémontée". La terre devient fine, glissante…

Douce sensation. Ah, la voilà l'image qu'il me reste du film ! Je dois maîtriser la terre qui file, telle un anguille. Catastrophe, j'ai décapité ma pièce ! "Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage" disait Boileau. Ce que j'ai fait. Je suis quand même arrivée à la technique du bourrelet avant de monter mon cylindre. "Beaucoup de formes partent d'un cylindre : gobelets, bols…", a conclu Nathalie à qui j'ai demandé d'ôter mon oeuvre de la girelle de peur de la casser ! Quel travail et quelle fierté. C'est moi qui l'ai fait !