Cuisson de rodage

céramiques sorties du fourAvant de lancer l'étalonnage des émaux, le four subit deux cuissons de rodage. Elles permettent d'évaporer toute trace d'humidité présente dans les briques réfractaires et les joints les liant entre elles. Une fois le fonctionnement du programmateur maîtrisé, la première cuisson de rodage démarre pour une durée de 6h00. En fin de journée, la seconde cuisson sera lancée pour une durée de 17h00. Pendant ce temps, le façonnage des pièces en grès se poursuit. Il est rythmé par la lente progression de la courbe de température et le bruit régulier du four, sorte de claquements mécaniques.

Livraison du four

Photo du four de cuisson de la céramiqueLa livraison du four est un moment important dans la vie d'un atelier de céramique. Sans lui, la magie du feu ne peut opérer. Un Hibou dans la Tasse a choisi un modèle permettant des cuissons à très haute température, jusque 1280°C.

Avant toute utilisation, deux cuissons préparatoires sont nécessaires pour parachever le séchage des plaques et supports qui seront placés dans le four. Ensuite, le céramiste étalonne ses émaux en fonction de l'appareil. Certaines recettes peuvent demander des ajustements dans le choix des composants ou des quantités. Puis, les pièces crues sont cuites une première fois. Dans le jargon, on appelle cette cuisson le dégourdi (pour la porcelaine et le grès) ou le biscuit (pour la faïence).

Enfin, le céramiste prépare chaque pièce pour une ou plusieurs cuissons, suivant l'effet recherché.

Au commencement était l'argile

Une céramique est une terre cuite. Il existe plusieurs familles de terres (ou argiles). Les plus connues sont le grès, la porcelaine et la faïence. Elles se distinguent par leur composition chimique, à base de silice, de kaolin et de feldspath. Les éléments composant une argile détermine sa couleur, sa texture et surtout sa température de cuisson.

A l'état naturel, on trouve l'argile dans le sol. Les grands gisements sont exploités dans des carrières. Après extraction, l'argile naturelle subit différents traitements : passage dans des tamis, élimination des cailloux et impuretés, filtrage et pressage. Après toutes ces étapes, l'argile peut être utilisée telle quelle ou retravaillée et additionnée d'autres éléments pour la rendre plus souple et malléable.
La France compte de grandes carrières de grès et de faïence, mais aucune de porcelaine. Cette argile très blanche est donc fabriquée, principalement à partir de kaolin. Cette technique de fabrication très ancienne, mise au point en Chine au 1er siècle ap. JC, n'a été découverte en Occident qu'au XVIIIe siècle.